the Neverending story About a Gelfling lost in the Wonderland's labyrinth

Nouveau

Un belle objet est le résultat d’un beau métier.

La guerre c’est de la merde!

On le sait et pourtant il y a toujours des gens dans le monde qui souffre de la guerre.

 

Et le monde est en paix pendant 9 minutes 14…

Il vivait à Valparaiso…le coeur chargé d’un lourd secret…

La souffrance d’un Gorille.

Michael le gorille maitrisait plus de 600 signes dans le langage des signes. Il décédât en 2000.

Dans cet extrait il raconte à sa manière ce qu’il a vécut lors du décès de sa mère lorsqu’il était petit.

 

Le desespoir de John Coffey…

 

 

Message pour l’humanité ( faites passer!)

Il y a des messages…disséminés un peut partout dans le monde…disséminés dans le temps…

 

Il suffit d’un pas: Joanna Newsom

Un jour, un ancien a dit:

 » Si tu aimes la vie, ne te limite pas.

Si tu aimes regarder le ciel, vol et admire les beautés de la terre.

Si tu aimes aller aux cinéma, intéresse toi au théatre.

Si tu aimes t’isoler pour écouter une belle musique, intéresse toi à l’instrument.

Si tu aimes l’histoire, intéresse toi aux lieux et à la géographie, il y a toujours un lien.

Si tu aimes la vie, passionne toi a tout ce qu’elle peut t’offrir.

Car la vie est elle même une passion. »

 

L’Art de la Mort…

L’Art de la Mort…
(ou la Mort de L’Art…)

Guillermo Vargas Jiménez, également connu sous le nom de Habacuc, né le 18 septembre 1975 à San José, est un artiste costaricain.

Il est connu pour la controverse causée lorsqu’il a exhibé un chien dans une galerie au Nicaragua en 2007. (source wikipédia)

Voici la controverse en question:

oeuvre d'art: "Lagonie du chien errant"

« En 2007, Guillermo Vargas Habacuc, a payé deux gamins pour attrapé un chien errant dans la rue, pour l’inauguration de sa galerie d’art il l’attacha avec une très courte corde au mur d’une galerie d’art et l’a laissé mourir lentement de faim et de soif.
Pendant plusieurs jours sans lui donné ni eau et ni nourriture. Les visiteurs de la galerie d’art ( dont la visite était d’ailleurs payante) ont pus observer impassible l’agonie du pauvre animal jusqu’à sa mort.
Suite à cela, La « Biennal Centroaméricaine d’Art » a décidé, bizarrement, que œuvre cruelle que venait de commettre L’artiste était de l’art, et que en conséquence, Guillermo Vargas dis « Habacuc » a été invité a répété son œuvre l’année suivante. »

Une chose est sur: Le coup de pub est réussit
Une chose est moins sur: la définition de l' »Art » est peut-être à revoir…

%d blogueurs aiment cette page :